Le coronavirus : un virus peut en cacher un autre

Tandis que le virus continue de faire ses ravages en Chine malgré l’énorme cordon sanitaire et les précautions de confinement de la population, les nouvelles qui nous parviennent de Chine sont contrastées. On peut s’inquiéter de la propagation incontrôlée et du décompte des personnes infectées et des décès.

Cependant à Wuhan, la plus grande région de production chinoise qui regroupe toutes les entreprises d’industrie de fabrication, les machines sont à l’arrêt. Les décisions de fermer les entreprises sont sages, car une entreprise chinoise peut regrouper plusieurs milliers et jusqu’à un million de travailleurs.

L’arrêt massif et soudain de la production depuis bientôt deux moi produit déjà ses effets : la pollution en Chine a chuté drastiquement. On enregistre en effet, 25% de moins d’émission de CO2, ce qui correspond environ à l’émission de CO2 de la France pour un an !

Lorsque l’on sait combien la Chine se soucie peu des questions environnementales, alors qu’elle est un des pays qui pollue le plus, on se rend compte combien les conférences au sommet qui se succèdent ne servent à rien.

En effet, tant que le modèle capitaliste de l’argent et du profit mènera le monde, peu importe que nous sombrions tous ! Les discours vertueux, le greenwashing, n’existent que pour nous faire croire à une morale concernant les pollutions irrémédiables et l’avenir de nos enfants.

Les résolutions prises par nos dirigeants dans les cabinets feutrés des ministères ne serviront à rien. La seule chose qui peut faire cesser la pollution, c’est d’arrêter la course folle à la production.

Avons-nous besoin de changer de frigo, de machine à laver, de voiture tous les 5 ans ? Avons-nous besoin de changer notre garde-robe tous les ans ? … Non !

Pourtant, l’obsolescence programmée rend cela nécessaire de même que les diktats de la mode et la course en avant technologique des gadgets électroniques : iphone, ipad, Tv, enceintes connectées etc….

La Chine qui est devenue l’industrie du monde est montrée du doigt et pourtant elle tient ce rôle parce qu’on a massivement délocalisé toutes les productions nationales dans ce gigantesque pays qui possède deux avantages : une main d’oeuvre bon marché et un régime autoritaire qui les rend très dociles.

Le coronavirus aura permis de mettre en lumière ce que beaucoup de personnes refusent de voir : la seule façon de combattre la pollution et la mort programmée de notre monde, c’est de détruire le capitalisme !

Attention toutefois au retour de bâton ! La mise à l’arrêt de la production chinoise n’a pas encore eu d’effet chez nous. Mais comme les containers mettent environ 3 mois à débarquer en Europe, on peut se dire que d’ici 6 semaines environ, des pénuries diverses et variées vont se faire sentir, ralentissant puis bloquant une partie de notre économie. La chute des indicateurs boursiers montre déjà une certaine fébrilité…

Ainsi le Coronavirus sera doublement mortel, car il peut signer le début d’une véritable crise économique mondiale aux effets encore plus dévastateurs !