« DANGER POLLUTION DES EAUX EN COURS »

« DANGER POLLUTION DES EAUX EN COURS » !!

C’est par ce bref encart sur le site d’une des mairies concernées par la pollution que l’on informe les concitoyens. Il aura tout de même fallu presque 48h au cabinet du préfet pour mettre en ligne un communiqué de presse enjoignant les usagers des robinets à une restriction supplémentaire : “ ne buvez plus d’eau du robinet. “, alors que la nouvelle enflammait les réseaux sociaux depuis hier soir.

La préfecture du Finistère déconseille officiellement l’utilisation de l’eau du robinet :

  • pour la boisson 
  • et le lavage des fruits et légumes consommés crus 

D’autres sources nous déconseillent l’utilisation de l’eau polluée y compris pour la cuisson.

La liste des communes concernées par le sinistre : Argol, Bénodet, Briec, Camaret, Cast, Châteaulin, Clohars-Fouesnant, Le Cloître-Pleyben, Crozon, Dinéault, Edern, Ergué-Gabéric, Le Faou, La Forêt-Fouesnant, Fouesnant, Gouesnach, Gouezec, Gourlizon, Guengat, Hanvec, Le Juch, Kerlaz, Landévennec, Landrévarzec, Langolen, Lanvéoc, Lennon, Locronan, Lothey, Peumerit, Pleuven, Pleyben, Ploeven, Plogastel-Saint-Germain, Plogonnec, Plomodiern, Plonéis, Plonévez-Porzay, Pluguffan, Pont-de-Buis-Les-Quimerch, Port-Launay, Pouldergat, Quéménéven, Quimper, Roscanvel, Rosnoën, Saint-Coulitz, Saint-Evarzec, Saint-Ségal, Telgruc-sur-Mer

La nouvelle centrale “biogaz Kastellin” situé à Châteaulin est à l’origine de la pollution suite à un accident. Inaugurée par Macron en personne, après deux ans d’ouverture seulement . En effet, une des cuves de méthanisation de près de 400 mètres cubes (soit 400 000 litres) a été déversée dans l’Aulne lundi. La société nous confirme avoir “rapidement” prévenu la DREAL ( direction régionale de l’environnement de l’aménagement et du logement ) et les autorités “compétentes” , mais en fait cela n’a été fait que mardi.

A son ouverture, les acteurs du projet vantaient la création de valeur liée à cette soit-disant révolution dans le retraitements des déchets industriels. Voici ce qu’ils disaient à nos confrères du télégramme : “Investissement de 10 millions d’euros, le site est prévu pour la production de 2,5 m de m³ de méthane injectés dans le réseau de transport de GRTgaz. Le biométhane sera produit à partir de 30.000 t de matières organiques (45.000 t autorisées). 50 à 60 % proviendront de cinq exploitations agricoles, situées dans un rayon de 5 km. Il s’agit d’effluents d’élevage : lisiers de bovins, de porcs et de volailles. 40 % seront issus de boues, de graisses et de déchets de production de l’agroalimentaire. Parmi les fournisseurs, on trouve essentiellement Doux et Socopa Viandes. Les déchets verts, des tontes de pelouses collectées auprès des paysagistes et des collectivités, constitueront les 10 % des intrants restants. Outre le biogaz, la centrale produira aussi du digestat. Il sera valorisé par épandage dans les exploitations partenaires. Le digestat solide pourra servir de matière organique pour des exploitations de maïs ou de colza. Quant à la forme liquide, elle offrira un substitut aux engrais chimiques. Biogaz Kastellin produira l’équivalent de la consommation de 1.900 foyers chauffés au gaz, soit 6.000 personnes. C’est aussi l’équivalent de 6.100 t de CO2 gagnées, correspondant à l’émission de 3.600 voitures.”

Un de nos lecteurs concerné par cette pollution nous a contacté ce matin, après avoir rencontré la Maire de sa commune devant la supérette discount. La gendarmerie était aussi sur place, mais visiblement pour se ravitailler…

La Société Mixte de l’Aulne, SMA, gestionnaire de l’eau de Châteaulin ne s’est pas rendu compte de la pollution de l’eau. C’est pourtant Véolia qui s’occupe du contrôle de la qualité des eaux du robinet et c’est elle qui encaisse les chèques ! La SMA ne pouvait s’en rendre compte, puisque les deux personnes employées, un président et une secrétaire sont actuellement en vacances. 

Pour information, d’après la mairie de Châteaulin, c’est un randonneur qui aurait donné l’alerte suite à des odeurs suspectes, senties jusqu’à Gouézec ! Autant dire que la société privée qui est censée gérer la sécurité s’occupe surtout d’encaisser les chèques !

Voilà encore une démonstration concrète des effets de la privatisation des bénéfices et la socialisation des déficits.

Véolia prospère et la charge financière incombe au commun en double facturation, car c’est le consommateur qui via l’impôt local paye pour l’épuration des eaux usées industrielles, sous couvert de transport de l’eau jusqu’au robinet d’eau “potable” sans réelle surveillance sur la qualité de cette dernière …

D’après l’élu, rencontré par notre lecteur, il resterait dans les cuves de stockage d’eau de l’eau potable jusqu’à jeudi matin. 

Encore d’après elle, l’information a énormément circulé via les réseaux sociaux, sur internet. Devant la lenteur et l’incurie des responsables, elle conseille aussi à nos lecteurs d’installer une nouvelle application sur leur smartphone : “Citykomi“ https://play.google.com/store/apps/details?id=com.obdo.citykomi&hl=fr ou d’aller en mairie s’inscrire pour avoir les informations. 

Il est prévu sur le moyen terme une distribution d’eau.